#INSPIRATION

CE QUI NOURRIT UN IMAGINAIRE

 

Ecrivain français de science-fiction, d’aventure et de voyage, Léonard Foggia se livre sans concession et répond à toutes vos questions sur ses romans, parcours et projets.

 

# comment suis-je venu à l'écriture ?

Je me suis lancé dans l'écriture de romans à 26 ans, ce qui peut paraitre tard comparé à d'autres auteurs. Mais je pense qu'inconsciemment c'est venu bien plus tôt. J'ai deux anecdotes qui me le font penser : lorsque j'étais adolescent, ma petite amie me répétait sans arrêt que j'avais des mains d'écrivains. J'imagine que, pour elle, je n'avais pas les mains suffisamment épaisses pour accomplir des travaux manuels ! Et j'ai aussi en tête ma professeure de lettres en Terminale. Un jour, elle me rend une copie avec une mention TB en me disant spontanément : "vous devriez écrire, vous avez un sacré style ! Je suis sûre que vous finirez écrivain !"

 

# quelles sont mes sources d'inspirations ?

Mon envie insatiable d'écrire, je la dois à un auteur que je lisais durant mes études : Bernard Werber. Car en parcourant ses livres, j'ai réalisé à quel point l'écriture permet la création mondes vastes, riches, empreints de poésie, où la pensée de l'écrivain peut s'exprimer librement, laissant échapper des idées que les lecteurs peuvent attraper au vol. J'aime aussi la manière dont des auteurs comme J.C Ruffin, Michel Houellebeck ou René Barjavel parviennent à faire le lien entre fiction et actualité, dans le sens où leurs romans sont le reflet d'aspirations humaines d'époques actuelles et passées. Enfin, je me reconnais dans les histoires de Frédéric Beigbeder, pour leur côté trash évidemment, mais aussi parce qu'il vient, comme moi, du milieu de la pub.

 

# quelles sont mes habitudes d'écriture ?

Je n'ai pas réellement d'habitudes mais j'aime écrire en écoutant de la musique, en fin de journée, chez moi, ou dans le train que j'emprunte régulièrement. Une seule véritable constante : lorsque je commence à écrire je ne parviens pas à m'arrêter, ou seulement après plusieurs heures de travail. C'est comme si plus rien n'existait autour de moi. Je m'enferme à double tour dans ma bulle.

 

# comment est né AUSTRALIAN TOUCH ?

L’accouchement s’est plutôt bien passé, après les six années de grossesse qui ont suivi mon voyage en Australie. Le bébé se porte bien d’après mon éditeur ! Mais plus qu’un bébé, AUSTRALIAN TOUCH a surtout été une thérapie. En effet, mon année passée en Australie dans le cadre du WHV a été extraordinaire mais le retour a été difficile à gérer. Alors en guise de thérapie, j’ai eu l’idée de romancer mon propre séjour, tout en mettant en exergue les différences socio-culturelles entre la France et le pays des kangourous. Après un long travail d'écriture, de réécriture et de corrections, AUSTRALIAN TOUCH était né. les ÉDITIONS CHUM ont accepté de le publier durant l'été 2017. Pour la seconde fois, cette maison d'édition indépendante à taille humaine m'a accompagné dans la publication d'un roman. Une belle marque de confiance. Merci à elle.

 

# où peut-on se le procurer ?

AUSTRALIAN TOUCH est disponible, au même titre que SAFEPOLE, en stock ou sur commande dans toutes les bonnes librairies et dans certaines chaines de vente de biens culturels (Cultura, Fnac, e-Leclerc). Il est également disponible sur les sites web marchands comme Amazon, Fnac, Décitre, Chapitre, Lalibrairire, PriceMinister, etc.

 

# est-ce un roman ou un récit de voyage ?

AUSTRALIAN TOUCH est une sorte de livre multifonction. C'est à la fois un récit qui décrypte les différences socio-culturelles entre la France et l'Australie, un roman de voyage avec ses personnages, ses rebondissements et son histoire d’amour, et un guide de voyage alternatif qui donne des idées des excursions et met en valeur des endroits mésestimés. L'ambition d'AUSTRALIAN TOUCH est de divertir ses lecteurs tout en donnant des conseils et des astuces pour les aider à s’expatrier en Australie, le temps d'un court ou long séjour.

 

# comment as-tu réussi à publier ton premier roman ?

Pour écrire SAFEPOLE, je me suis donné les moyens ! J'ai quitté mon boulot de l'époque, ma ville et ma petite-amie pour m’expatrier un an en Australie, sans un sou en poche. Et après quelques jours de farniente passés à l'autre bout du monde, j'ai commencé mon travail d'auteur par... une page blanche. Elle s'est rapidement remplie, au fil des idées qui me traversaient l’esprit.

À la fin de mon voyage, le 1er jet du livre, intitulé à cette époque ILLUSION D'AVENIR, était fini. Un an plus tard, après avoir repris certains passages et l’avoir corrigé de fond en comble, je l'ai proposé aux maisons d'édition. Résultat : rien, hormis quelques pistes d'amélioration. Déçu, je l'ai mis en stand-by pour me consacrer à l’écriture d’AUSTRALIAN TOUCH.

Ce n'est que deux ans plus tard que j'ai repris la réécriture d'ILLUSION D'AVENIR. Résultat : un éditeur souhaitait le publier mais il a mis la clé sous la porte. Heureusement, un second, LES ÉDITIONS CHUM, a accepté de le publier à condition de le bonifier. Je me suis donc remis au travail durant une année pour aboutir à SAPEPOLE, son titre définitif, presque 6 ans après avoir écrit les premières lignes de l'histoire.

 

# quel accueil a reçu SAFEPOLE ?

Les fans de science-fiction et de littérature de l'imaginaire ont réellement apprécié le roman, pour preuve cet avis d'un blogueur spécialisé dans la SF, qui m'a laissé pantois. Le grand public n'a pas été en reste, même si on ne peut pas plaire à tout le monde. Les avis de cette blogueuse généraliste et de ce site web consacrés aux loisirs sont révélateurs. Un historien a même donné un avis super positif sur SAFEPOLE dans une émission de télévision !

Copyright @ Tous droits réservés. 2018.